Historique

Note utilisateur:  / 12
MauvaisTrès bien 

Et si on la jouait un peu « amicalement vôtre » ?



… oh, naturellement il ne s’agira pas de citer Lord Brett Sinclair ni Danny Wilde, personnages éminemment fictifs, mais deux grands messieurs bien réels de notre histoire, précieux inventeurs, chimistes et pharmaciens au demeurant.

Je parle de Pierre-Jean Robiquet et Louis-Nicolas Vauquelin !
… et je vous ferai grâce de la musique du feuilleton ancien...

Robiquet Voquelin

Louis-Nicolas Vauquelin naît en 1763 de parents pauvres. A l’age de 13 ans, il est engagé chez un pharmacien de Rouen, comme garçon de Laboratoire.
Curieux de chaque chose, il saisit à la volée des paroles, retient chaque leçon, mais, malgré ses qualités, il n’est pas reconnu dans ses efforts. L’histoire retient qu’il part à pied, dit-on, avec 6 francs 6 sous, pour Paris, se proposer comme élève en pharmacie...

… Pendant ce temps, Pierre-Jean Robiquet naît en 1780 à Rennes. Il convient d’imaginer sa jeunesse très sérieuse qui se construit autour du milieu des libraires. Bénéficiant d’une solide éducation, les troubles de la révolution lui voit trouver protection auprès d’un pharmacien de Lorient, Monsieur Clary. Il a tout juste quinze ans quand il accède à une véritable formation de chimiste…

Laissons les épisodes en chemin, pour résumer simplement l’idée que Pierre-Jean Robiquet et Louis-Nicolas Vauquelin vont découvrir ensemble en 1806 une nouvelle substance dans l’asperge. Ils la nomment « Aspargine » ! Peu d’originalité dans la dénomination certes, mais une importance majeure puisqu’ils viennent simplement de découvrir le premier acide aminé!

Les autres acides aminés suivront. En 1810, c’est la cystine qui est découverte, puis la glycine et la leucine en 1820. La N-acétylcystéine sera découverte, quand à elle, en 1899.

Ce n’est cependant qu’au cours de la dernière décennie du XXe siècle qu’elle cesse d’avoir une simple utilisation médicale classique et fait son entrée dans le monde des suppléments alimentaires. En effet plusieurs études démontrent alors que l’acétylcystéine pourrait fort bien avoir des effets bénéfiques en renforçant le système immunitaire, en terme de prévention du cancer, en contribuant au traitement du sida ou en compensant les effets néfastes du tabac et d’autres drogues.